Smash Green Capitalism

Via @BruxellesDevie

Ce vendredi 5 novembre, des militant.e.s ont redécoré le siège du concessionnaire Tesla à Bruxelles : les vitrines ont été aspergées de peinture et la façade a été taguée d’un « SMASH GREEN CAPITALISM » (frappe le capitalisme vert). Cette action s’est déroulée pendant la COP 26, sommet où les différents gouvernements prennent des décisions sur la question écologique.

Dans un communiqué, les auteur.trice.s expliquent s’en prendre à Tesla parce que l’entreprise est le symbole du capitalisme vert, c’est-à-dire le système qui prétend répondre à la crise écologique en continuant dans la logique productiviste et destructrice. Cette logique « frappe d’abord les exploité·e·s partout sur la planète », et met en danger l’intégralité des espèces présentes sur terre en augmentant toujours plus le réchauffement climatique.

En somme, le capitalisme « vert » inverse la question écologique : il laisse entendre que le capitalisme peut repondrer au problème écologique alors qu’il en est la cause. La logique ne change pas, la forme oui. Le tour de force est donc de conserver le capitalisme comme seul moyen et solution existante aux problèmes qu’il a engendré et de masquer la nécessité d’une écologie foncièrement radicale face à l’urgence climatique posée par l’activité humaine.

L’action dénonce aussi le comportement d’Elon Musk, patron de Tesla, dont la fortune colossale n’arrête pas de s’accroître : « loin de se cantonner à interdire ses employé·e·s de syndicat5, et à détruire la planète, Musk ne se désintéresse pas des ressources de notre monde et collabore avec les pires ordures fascistes pour tenter de se les approprier ».Effectivement, Musk négocie avec Bolsonaro, le président brésilien, pour ouvrir une méga-usine Tesla au Brésil3. Ceci s’explique peut-être par la proximité avec le lithium bolivien. Rappelons qu’Elon Musk avait soutenu le coup d’Etat d’extrême-droite en Bolivie dans un tweet en juillet 2020 : « Nous renverserons qui nous voulons, acceptez-le »2.Les acteur.trice.s de l’action rappelle aussi que Musk a aidé Erdogan à développer sa politique de surveillance des Kurdes, notamment en lançant un satellite qui facilitera le travail des drones turques en Irak et au Rojava (Région kurde autonome entre la Syrie et la Turquie)4. Enfin, ces miliant.e.s dénoncent le fait que les multiples sociétés de Musk ont un coût écologique et social désastreux.

1) Source vidéo
2) https://www.truthorfiction.com/did-elon-musk-tweet-we-will-coup-whoever-we-want-deal-with-it
3) https://www.zdnet.com/article/brazilian-government-wants-tesla-factory
4) https://secoursrouge.org/espace-un-satellite-turc-mis-en-orbite-par-spacex-cette-nuit/
5) https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-12-02/elon-musk-labor-unions-prepare-to-war-as-tesla-tsla-enters-germany